Un projet d’agriculture urbaine à Villeneuve-les-Salines

« Dunes Fertiles, du grain de sable au grain de vie »

Qu’est-ce qu’un projet d’agriculture urbaine ?

Selon la Food and agriculture organisation (FAO) l’agriculture urbaine se réfère à des petites surfaces utilisées à l’intérieur des villes (ex. : jardins, vergers, terrains vagues, balcons, toits, terrasses, récipients divers) pour cultiver des plantes et élever des animaux en vue de satisfaire différents besoins de la population urbaine : verdissement des lieux de vie, convivialité et lien social, recyclage des déchets organiques… La production vient finalement au second plan.

Pourquoi un projet d’agriculture urbaine sur le quartier ?

L’ANRU, l’Agence Nationale de Renouvellement Urbain a lancé en 2020 un appel à projet nommé « Quartiers fertiles » Le but ? soutenir des projets d’agriculture urbaine sur des quartiers démarrant leur PRU – Programme de Renouvellement Urbaine, comme à Villeneuve-les-Salines.

La Régie de quartiers DIAGONALES s’est immédiatement rapprochée des habitants, des associations, de ses partenaires habituels, de la ville et de la CDA, afin d’écrire une réponse collective : une dynamique de groupe s’est créée autour de cette idée pour écrire un projet de quartier le plus pertinent possible par rapport au quartier.

Comment le projet s’est construit ?

Pour se faire, Vincent Terny (coordinateur de projets) et Chloé Moulis (médiatrice de lien social sur l’aspect alimentaire et environnement) ont nourri leur réflexion en écoutant, consultant, dialoguant et procédant à des visites de ferme : aussi bien chez Robin à la « super Ferme » à Périgny, qu’à l’Arrozoar (jardin de cocagne en Insertion) au Thou ou un jardin d’insertion biologique de la régie d’Angoulême.

Grâces à ces nombreuses rencontres, mais aussi appuyés de bénévoles précieux comme le Collectif de fermes urbaines et (notamment) Léa Marlzoof diplômée d’Agro Paris Tech, un projet a été envoyé qui s’intègre à ce quartier en respectant son (dont l’) identité propre qui fait une place importante aux jardins familiaux et partagés, au compostage collectif.

Pour porter cette activité de jardin maraicher d’insertion, la Régie met en place un service dédié et pensé en logique circulaire et nommé « De la graine à l’assiette ». Il permet de relier toutes les activités et missions de lien social déjà existantes autour de l’éducation à la terre. Tout commence avec la graine potagère que les adhérents ou nos salariés peuvent mettre en terre dans les jardins du quartier. Viennent ensuite les fruits/légumes que nous cuisinons lors d’atelier avec des recettes durables. Les graines sont ensuite recueillies lors de l’atelier avant que les épluchures rejoignent le compost. La boucle est bouclée !

Le but de ce projet ?

L’objectif est de faire un jardin maraîcher d’insertion tout en respectant les principes et l’éthique de la permaculture ; voici le double défi qui nous attend demain.

A ce jour, le terrain n’est pas encore délimité précisément. Nous envisageons de positionner le jardin sur la partie nord du parc Condorcet sur une surface (comprise entre 0.3 et 0.5 hectare sur un parc d’un total de 3,5 hectares, le tout en respectant les axes de circulation et la géographie présente de ce lieu.

De l’agriculture urbaine d’accord, mais de quoi s’agit-il ?

Concrètement, le projet « Dunes fertiles » propose du maraîchage sous serre et en pleine terre, un verger en agroforesterie, une grainothèque, des ateliers cuisine durable « du jardin à l’assiette », des ateliers d’éducation à l’environnement sur notre tiers lieu Picota, une champignonnière. Un « lieu-totem » permettra de lancer nos semis au chaud mais aussi d’accueillir les grands et les petits afin de proposer de la pédagogie autour de ces questions. Cet espace pourrait être construit en réutilisant des matériaux venant des immeubles déconstruits sur le quartier.

Quand ?

Tout reste à construire ! L’année 2021 sera l’occasion de continuer à écrire ce projet de façon collective, en réfléchissant ensemble à des idées nouvelles : champignonnière, culture de houblon… Pour se faire, Léa et Chloé proposeront des cycles d’ateliers pour poursuivre cette aventure avec toujours le même esprit de la Régie :

« par et pour les habitants des quartiers. »

Nous espérons planter les premiers légumes en terre dans 1 an et proposer les premières ventes durant l’été 2022.

L’ambition pour le quartier est d’offrir des légumes et fruits frais, bios, locaux mais aussi accessibles pour les budgets des habitants du quartier; c’est aussi de proposer de l’emploi grâce à une nouvelle activité d’insertion pour les habitants en recherche d’emploi.

Ce jardin, nous voulons nous en occuper en respectant les valeurs fortes de la permaculture, c’est-à-dire avec zéro produit chimique, un traitement mécanique minimum et une consommation d’eau réduite. L’objectif est d’augmenter la biodiversité et la qualité du sol, de respecter l’esthétisme général du parc Condorcet, de créer du lien social et de renforcer l’autonomie alimentaire du territoire.

Nous ne manquerons pas d’organiser prochainement des rendez-vous de présentation, d’échange et de collaboration autour de ce projet, à la Maison du projet et ailleurs.

Cet article complète celui publié dans le Villeneuve Infos par le Collectif des associations sur le projet « Dunes fertiles » mené par notre régie.

2 commentaires

    • Bonjour Jean,

      Le projet se monte sur La Rochelle, dans le quartier de Villeneuve-les-Salines.
      L’emplacement définitif n’est à ce jour pas arrêté.
      En vitesse de croisière, nous envisageons environ 4-5 salariés en insertion.

      Bien à vous,

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *