L’agriculture urbaine, vous connaissez ?

L’agriculture urbaine est un domaine qui offre une triple opportunité pour les quartiers. Une opportunité sociale avec le renforcement de la cohésion et du lien social entre les habitants mais aussi une opportunité économique avec la création d’emplois non délocalisables. Et bien entendu une opportunité environnementale, en favorisant le retour de la nature en ville et en contribuant ainsi à la lutte contre le réchauffement climatique, mais aussi en améliorant la résilience des territoires[1] en offrant une part de production alimentaire locale plus qualitative.

C’est le président de l’Agence nationale pour la rénovation urbaine qui en propose cette définition, dans un entretien paru dans le dernier numéro d’Info-Réseau[2].

Vous le savez, le quartier de Villeneuve-les-Salines a démarré son projet de rénovation urbaine, sous la houlette de la CDA, des bailleurs sociaux, de l’Etat, du département, de l’ANRU, etc. La dynamique naissante qui se crée entre les collectivités sollicite également les partenaires associatifs du quartier, pour penser un renouvellement de la vie sociale au sein des nouveaux aménagements proposés pour ce territoire. L’appel à projet « quartiers fertiles », porté par l’ANRU et qui s’adresse aux quartiers en renouvellement urbain, fait partie des outils proposés pour créer cette dynamique.

Il est donc fortement question d’envisager un projet d’agriculture urbaine sur le quartier de Villeneuve les Salines. La régie a proposé à la CDA et à la Ville de La Rochelle d’étudier ensemble la possibilité d’une réponse commune à cette opportunité. Une première réunion de travail s’est tenue le mercredi 27 mai dernier dans nos locaux. L’intérêt porté par nos partenaires à ce projet, que nous connaissions déjà pour les avoir interpellé avant le mois de mars, est confirmé. Il est très fort !

Le support reste à déterminer – un projet de maraîchage sous serres, une participation à l’expérimentation d’éco pâturage pour l’entretien du marais sont les premières pistes évoquées – avec une forte orientation d’insertion professionnelle et sociale. Des interactions avec les activités présentes sur Villeneuve les Salines, portées par différentes structures, seront également à construire. Elles peuvent concerner les jardins en pied d’immeubles, la banque alimentaire, le projet nature de l’école Lavoisier, les animations cuisine, etc.

La réponse à cet appel à projet est prévue pour l’automne prochain.

De belles perspectives pour relancer une dynamique après covid, non ? 

  1. « Un territoire résilient peut être défini comme ayant la capacité à anticiper, à réagir et à s’adapter pour se développer durablement quelles que soient les perturbations auxquelles il doit faire face » – BEAUREZ Nicolas, Directeur de projet « résilience des territoires » au Cerema.
  2.  Extrait de l’entretien avec Olivier KLEIN, président de l’ANRU, paru dans l’Info-réseau N°79 d’avril dernier.

Pour aller plus loin :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *